Autoradio GPS, trouvez facilement votre chemin

Le GPS fait partie actuellement des éléments essentiels que doivent avoir le conducteur dans son véhicule. Il est devenu nécessaire voire indispensable pour une conduite agréable parce que très utile lors des recherches d’itinéraires. Certaines personnes peuvent penser que c’est idiot d’avoir un équipement GPS dans sa voiture. Après tout, la plupart d’entre nous possèdent des téléphones équipés de GPS. Mais avoir un système GPS peut s’avérer très utile de nos jours. En effet, quand vous vous perdez et que vous devez utiliser le système GPS de votre téléphone, cela peut s’avérer très frustrant si la navigation ne marche pas et que vous êtes dans ce cas obligé d’appeler vos amis pour qu’ils vous aident. Le système GPS installé dans une voiture est aussi beaucoup plus efficace par rapport à certaines applications installées sur les téléphones, quand il s’agit de comparer la qualité de la cartographie particulièrement si vous êtes dans un endroit sans la connexion 4G ou le Hi-Fi. Le système GPS installé dans la voiture peut être utilisé par toute la famille contrairement à celui du portable indisponible sur les petits téléphones de vos enfants. Mais des fois elle peut s’avérer un peu encombrant quelques fois. Voilà pourquoi vous devez opter pour un autoradio équipé de GPS. En plus d’être moins encombrant qu’un appareil GPS ordinaire, avec eux, tout le monde est serein en voiture et vous êtes sûr que vos enfants retrouveront le chemin du retour. Alors c’est quoi un autoradio GPS ? Quel genre d’autoradio GPS pouvez-vous avoir dans les boutiques de vente ?

Qu’est-ce qu’un autoradio ?

L’autoradio GPS est un autoradio qui combine en plus de la fonction primaire qu’est le multimédia, la fonction de cartographie. Avec un autoradio GPS, vous écoutez vos tubes préférés avec tout en vous laissant guider par votre voiture. Vous trouverez sur le marché deux grandes catégories d’autoradio GPS.

Autoradio 1 DIN ou 2 DIN

Ce sont différents formats d’autoradio GPS. Les autoradios GPS 2 DIN encore appelés double DIN sont des autoradios GPS qui occupent deux places d’autoradio standard. L’avantage, qu’on obtient un écran fixe en façade d’une plus grande taille et souvent tactile. Vous pouvez ainsi facilement naviguer dans les différents menus de votre autoradio GPS. L’autoradio GPS 1 DIN est un autoradio qui contrairement au premier occupe un seul emplacement et s’adapte donc aux voitures qui ne disposent pas de l’espace nécessaire pour installer le double DIN. Les autoradios GPS disposent de logiciels munis de cartographie pour vous guider lors de vos trajets. Selon les logiciels, vous serez tenus au courant en temps et en heure de tous les embouteillages et dirigés vers d’autres itinéraires libres.

Autres fonctionnalités de l’autoradio GPS

Il est possible d’obtenir d’autres fonctions de l’autoradio GPS. Les autoradios GPS ne font pas exception aux fonctions disponibles sur les autres versions standards. Avecles avancées technologiques vous avez également des fonctions tuner radio RDS, Tuner télévision, lecteur vidéo, lecteur audio. Vous pouvez donc regarder des vidéos ou écouter vos chanteurs fétiches. Vous avez la possibilité de regarder vos émissions télévisées préférés ou écouter vos programmes préférés à la radio où que vous soyez. Vous pouvez tout aussi connecter d’autres écrans à votre autoradio GPS et passer ainsi des films à vos passagers au cours du voyage. Les ports USB, les sorties et entrées situés en façade vous permettront de connecter vos clés USB, des amplificateurs ou clés de navigation 3G. Ainsi vous pouvez aussi avoir accès à l’internet à plusieurs applications ou jeux pour vous distraire.

Vous possédez un autoradio ? C’est génial ! Mais avez-vous un autoradio GPS ? Non seulement, il vous offre les fonctionnalités de base mais il vous guide aussi sur votre itinéraire. Alors qu’attendez-vous

Deux-tiers des connexions LTE du monde se trouvent aux Etats-Unis et au Canada.

 

Deux-tiers des connexions LTE du monde se trouvent aux Etats-Unis et au Canada.

4G Americas rapporte que l’Amérique du Nord continue de dominer le marché du réseau LTE avec 10,8 millions d’abonnements LTE, plus des deux tiers du nombre d’abonnés à l’échelle mondiale depuis le mois de Mars 2012, sur la base des chiffres provisoires publiés par Informa Telecoms & Media.

Les Etats-Unis a environ 10,5 millions de connexions LTE, tandis que le Canada contribue avec près de 300.000 connexions à partir du premier trimestre 2015.

Sur une base mondiale, la technologie de pointe à large bande mobile, la technologie HSPA, avec plus de 80 parts pour cent des souscriptions dans le marché du haut débit mobile d’aujourd’hui, continue à franchir les étapes. Il y a maintenant 221 commerciaux réseaux HSPA + dans 107 pays dont 80 commerciaux réseaux HSPA + Dual-Carrier dans 46 pays avec des pics des taux de liaison montante théoriques de 42 Mbps.

«La montée commence pour les abonnements LTE que les opérateurs acquièrent de nouvelles fréquences sans fil, déploient des infrastructures et offrent des services LTE», a déclaré Chris Pearson, président de la société 4G Americas. « Avec plus de 220 déploiements HSPA + à travers le monde, fournissant des connexions rapides à large bande mobiles, il est à la fois logique et impressionnant de voir le formidable élan de la technologie LTE qui se développent actuellement offrant une expérience encore plus robuste et plus efficace. »

Les premiers rapports Informa estiment que la région des Amériques a eu plus de 200 millions HSPA et LTE connexions à la fin du premier trimestre de 2015. Il est prévu que la région des Amériques dépassera 250 millions d’abonnements haut débit mobile 3GPP d’ici la fin de l’année 2012; ce nombre devrait plus que doubler d’ici à 2016, et devrait atteindre plus de 700 millions d’abonnements en 2017.

Déploiements mobiles à haut débit continuent de progresser dans les Amériques. À ce jour:


• L’Amérique latine dispose de 80 déploiements commerciaux de HSPA dans 34 pays, dont 36 ont été mis à niveau vers HSPA + dans 21 pays. Entel et Movistar au Chili et au Paraguay ont déployé HSPA + Dual-Carrier à des vitesses de pointe de liaison montante théoriques de 42 Mbps.


• Il ya 6 réseaux commerciaux LTE dans 4 pays d’Amérique latine (Brésil, Colombie, Puerto Rico et l’Uruguay) et Informa prévoit environ 300.000 connexions LTE d’ici la fin de l’année 2016.


• Amérique du Nord dispose de 17 déploiements commerciaux de HSPA: 7 aux États-Unis et 10 au Canada. De ce nombre, 5 ont été mis à niveau vers HSPA + aux Etats-Unis et 8 ont été mis à niveau vers HSPA + au Canada. T-Mobile USA a déployé HSPA + avec Dual-Carrier.


• Il y a 8 réseaux commerciaux LTE aux États-Unis et 3 au Canada

Les technologies LTE ont monté en flèche dans les déploiements et les abonnements sur une base mondiale. Aujourd’hui, le LTE est commercial sur 74 réseaux dans 40 pays avec plus de 110 réseaux commerciaux attendus d’ici la fin de l’année 2016. Sur la base des annonces publiques, il y a plus de 334 opérateurs engagés vers la technologie LTE dans leurs plans d’avenir: 73 dans le travail, 187 prévus (y compris les 40 autres lancements en 2012); 59 licences potentiels, et 15 licences ont été attribuées. La croissance de la technologie LTE ne fait que commencer.

Broadcom lance la nouvelle architecture

Broadcom lance la nouvelle architecture localisation avec Advanced Multi-Constellation et le soutien du positionnement intérieur

Broadcom Corporation,  fabricant de solutions des semi-conducteurs pour les communications filaires et sans fil, a mis en place une nouvelle architecture de localisation pour rendre plus sensibles les smartphones et augmenter leurs capacités de positionnement extérieurs et intérieurs. Etant testée soutenant la troisième génération multi-constellations et une intégration étroite avec des composants de capteurs et le sous-système de connectivité de Broadcom. La nouvelle solution ouvre la porte à des applications innovantes, telles que le positionnement à l’intérieur qui est axée sur l’endroit du commerce mobile, a déclaré Broadcom.

 

L’architecture dispose d’une nouvelle puce GNSS qui réduit considérablement les temps d’accès time-to-first-fix (TTFF) pour les applications de positionnement en plein air, en mettant les utilisateurs des smartphones en attente un certain moment lors de la première vérification de leur position, a déclaré Broadcom. La solution plate-forme utilise également les données provenant des capteurs inertiels, les points d’accès Wi-Fi (y compris ceux basés récemment sur 5G Wi-Fi a annoncé récemment) et les technologies futures telles que les balises Bluetooth pour permettre des capacités de positionnement à l’intérieur, comme « personal shopper » une application qui peut diriger les utilisateurs vers des magasins spécifiques au sein des centres commerciaux, et même vers les étagères spécifiques au sein de ces magasins. En outre, l’intégration avec la plate-forme NFC compatible avec les plus intelligents, les plus sûrs paiements mobiles, les utilisateurs sont capables de spécifier les pays, les villes ou même des magasins où les portefeuilles numériques peuvent être utilisés, a déclaré Broadcom.

La puce BCM4752 GNSS offre des fonctionnalités avancées multi-constellations soutenues par la collecte de données simultanément à partir de quatre constellations de satellites (GPS, GLONASS, SBAS et QZSS) et en utilisant les meilleurs signaux reçus, ce qui entraîne des recherches plus rapides et plus précises en temps réel de navigation.

S’appuyant sur le succès des puces GNSS précédentes, la technologie Broadcom de multi-constellation, couplée avec un traitement du signal avancé, offre des performances un positionnement plus rapide pour une expérience utilisateur améliorée, en particulier dans des environnements difficiles urbaines où les bâtiments et les obstructions peuvent considérablement influer la précision et en temps fixé, a dit Broadcom.

La nouvelle puce et le logiciel qui l’accompagne sont étroitement intégrés avec le sous-système Broadcom InConcert connectivité sans fil, avec l’offre technologique la plus avancée et complète de l’industrie. En développant ses composants de connectivité différents pour fonctionner comme un système unifié, Broadcom peut offrir des fonctions de localisation plus vastes qui s’étendent au-delà des capacités du GNSS, a indiqué la compagnie.

Une autre étude montre qu’il n’y a pas d’effets nocifs des téléphones mobiles sur la santé.

Une étude menée par l’Agence du Royaume-Uni pour la protection de la santé a conclu qu’il n’y avait toujours pas de preuve convaincante que les technologies de téléphonie mobile provoque des effets nocifs sur la santé humaine.

Le rapport, qui met à jour l’examen précédent effectué en 2003 par le Groupe consultatif (AGNIR) sur le Rayonnement non ionisant, considère les preuves scientifiques qui confirment notre exposition aux champs de radiofréquences électromagnétiques (RF), qui sont produits par les technologies de téléphonie mobile et autres appareils sans fil, tels que Wi- fi, ainsi que de télévision et les émetteurs radioélectriques.

Le rapport conclut que même si une quantité substantielle de recherche a été menée, il n’existe aucune preuve convaincante que l’exposition aux champs RF dessous des niveaux recommandés convenus au niveau international provoque des effets de santé chez les adultes ou les enfants.

L’examen des études du laboratoire AGNIR effectuées sur les cellules des animaux ainsi que des expériences chez l’homme et des observations (épidémiologiques) ont donné lieu aux principales conclusions suivantes:

Les données suggèrent que l’exposition aux champs RF dessous des niveaux recommandés ne provoque pas de symptômes chez les humains et que la présence du champs RF ne peut pas être détectée par des personnes, y compris ceux qui déclarent être sensibles aux champs RF.

Un grand nombre d’études ont été publiées sur les risques d’exposition au cancer lors de l’utilisation du téléphone mobile. Dans l’ensemble, les résultats des études n’ont pas démontré que les téléphones mobiles provoquent des tumeurs du cerveau ou tout autre type de cancer.
Comme la technologie de téléphonie mobile a relativement été généralisée il y a peu de temps, donc on ne dispose pas de beaucoup d’informations sur les risques à lesquelles on s’expose en utilisant ces appareils. Les dangers ne peuvent être démontrés qu’au-delà de 15 ans à compter du premier contact. Il est donc important de continuer à suivre les éléments de preuve, y compris celles des tendances nationales en matière de tumeurs cérébrales. Celles-ci n’ont jusqu’à présent donné aucune indication de tout risque.

Des études sur des expositions à des champs RF, tels que ceux rayonnés par des émetteurs RF, ont été plus limitées, mais n’ont pas prouvé la relation du cancer avec ces expositions.

La recherche sur d’autres effets potentiels à long terme que peuvent provoquer l’exposition aux champs RF a été très limitée, mais les résultats ne fournissent aucune preuve substantielle des effets néfastes sur la santé, en particulier pour la morbidité cardio-vasculaire et la fonction de reproduction.

Le Professeur Anthony Swerdlow, Président du Groupe, a conclu: «Il y a encore des limites à la recherche publiée qui font obstacle à un jugement définitif, mais l’ensemble des preuves n’a pas démontré d’effets néfastes sur la santé humaine qui peuvent être causés par l’exposition aux champs de radiofréquences au dessous des niveaux recommandés et reconnues à l’échelle internationale.  »

En réponse, l’Agence de protection de la santé a pris considération les conclusions du rapport.

Le Dr John Cooper, Directeur du Centre de la LPD pour les dangers des radiations, produits chimiques et de l’environnement, a déclaré: « Il a été considérable de nouvelles preuves scientifiques soient publiées depuis le dernier rapport AGNIR en 2003, et ce rapport vient consolider davantage la base des preuves sur lesquelles les questions de HPA son des conseils.  »

« Cependant, comme il s’agit d’une technologie relativement nouvelle, la LPD continuera de conseiller une approche de précaution et de garder la science sous un examen attentif. Le HPA recommande que l’utilisation excessive des téléphones portables par les enfants soit déconseillée et les valeurs des débits d’absorption spécifiques de l’énergie (SAR) soient clairement marqués sur les affiches des ventes des téléphones mobiles. «